AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mahuika Nawaia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

ici depuis : 17/09/2017
missives : 4
MessageSujet: Mahuika Nawaia   17/9/2017, 11:06 am

Mahuika Nawaia


nom Nawaia
prénom Mahuika
date et lieu de naissance 8 avril 1997, Wellington, NZ.
âge 20 ans.
nationalité Néo-Zélandaise
statut civil Mahuika, elle papillonne où bon lui semble. À chaque fois, elle a l’impression de trouver l’amour de sa vie. Jeune et versatile, elle cherche désespérément l’autre moitié d’elle-même en enchaînant les déceptions.
métiers/études Propriétaire d'une petite boutique de disques d'occasion qu'elle a racheté pour une bouchée de pain, Mahuika s'épanouit pleinement dans son métier. Il faut dire qu'elle partait de loin, sans diplôme et avec pour seule expérience du travail au noir.Statut social  L’argent a toujours été un problème sans vraiment en être un. Elle vit avec peu, mais rêve grand.
Type de logement Si elle n’avait pas su négocier avec le propriétaire de l’appartement miteux qu’elle désirait louer, elle aurait sans doute errer de maison en maison, chez ses amis. Maintenant que sa vie s’est apaisée, elle est toujours dans ce logement qu’elle retape petit à petit afin d’en faire quelque chose de décent.
Avec qui? Son rat malade, Jerry. Mahuika n’a jamais été très douée pour savoir qui était qui dans les dessins animés. Malheureusement, la pauvre bête ne devrait tarder à s’éteindre, la laissant seule.
Présentation brève Sous ces airs mutins se cachent une véritable succube. Son allure de petit oiseau chétif en dupe plus d’un, y compris toi. Mahuika sait jouer du misérabilisme de sa vie afin d’en tirer une couverture dorée et l’affection qu’elle désire. Mahuika, c’est le goût de cendre dans ta bouche quand tu as l’impression de t’être fait arnaquer de la pire des manières; avec douceur.
A savoir 01. Le calme et la gentillesse apparente de Mahuika lui vaut d’être entourée par de véritables amis. En tout cas, ces personnes l’apprécient. La réciproque est on ne peut plus incertaine. 02. Sa mémoire est défaillante. Elle est obligée de tout noter si elle souhaite se rappeler de quelque chose. Et ses lendemains de soirée sont souvent accompagnés de trous de mémoire très stressants. 03. Intimidée et intimidante, il est difficile pour elle de faire des rencontres ailleurs qu’en club, au milieu d’une piste de danse; Là où les corps se mêlent. 04.  Mahuika n’a pas de filtre. Ses remarques peuvent être autant positives que très gênantes. 05. La brune use de ses charmes quand elle se retrouve dans une position délicate. Il lui arrive souvent de voir sa carte bancaire refuser lors de payer ses consommations. Son astuce pour s’en sortir? Séduire une victime et lui demander de payer à sa place. 06. Mahuika n’a pas un sens de l’humour très développé. Ou du moins, il est difficile de le discerner; Elle ne sourit quasiment pas. 07. Peu encline à crier, elle préfère la vengeance, quand son détracteur l’a oublié.  08. Rien ou presque ne la dégoûte. Le sang, la violence, … Mahuika a le coeur bien accroché. 09. C’est une bourreau du travail. Elle adore ce qu’elle fait et pourrait dormir à l’intérieur de sa boutique. 10. Elle ne fume pas de tabac. 11. La jeune femme n’a pas conscience de grand chose, notamment que si elle ne range pas ses affaires, elles se cassent. Bordélique accomplie, son salon est un joyeux foutoir. 12. La pauvreté l’a obligé à se débrouiller par ses propres moyens. À l’aide de sa machine à coudre chinée, elle rafistole tout ce qu’elle trouve dans la rue ou dans des dépôts. 13. Mahuika a un côté chapardeur. Si le délicieux gâteau que vous mangez la tente, elle n’hésitera pas à en croquer un bout sans votre autorisation. 14. Sa passion pour la musique, elle ne la doit à personne à part elle-même. D’un naturel curieux, Mahuika allait fouiner dans les boutiques spécialisées après les cours jusqu’à comprendre que c’était cette vie là qu’elle voulait. 15. On ne peut pas dire que Mahuika soit narcissique. Pourtant, elle connait le pouvoir de ses grands yeux et de ses jolies jambes. 16. Beaucoup ont tenté de lui trouver un petit surnom. Avec un prénom comme le sien, l’échec fut cuisant. 17. Mahuika est un véritable coeur d’artichaut. L’amour au premier mot ou au premier regard… Qu’importe pourvu qu’elle ait de l’affection. 18. La jolie brune aime mentir, même si ça l’épuise de se triturer l’esprit pour se rappeler de ce qu’elle a bien pu dire à untel ou untel. 19. Au fond, Mahuika, c’est juste une môme un peu paumée qui essaye de se trouver. Tantôt femme fatale, tantôt enfant, elle s’avère être une redoutable séductrice. La lenteur de ses gestes et la profondeur de son regard lui donnent une apparence de succube. 20. Si elle avait été un animal, elle aurait été un serpent. Discrète, à l’affut, symbole de tentation. 21. Mahuika porte trop d’importance à ce que les autres pensent à propos de son physique, même si elle donne l’impression que les critiques glissent sur son esprit. 22. Elle déteste le sport à part le basket en extérieur, à la nuit tombée. 23. Jerry, son rat, lui a été confié par un ex lui ayant dit qu’il devait aller chercher du lait. Il n’est jamais revenu.
avatar Tommy Genesis




« Non, Mahuika. Toi, tu ne sortiras pas. » lui répondit sa mère tout en se passant une énième fois du rouge carmin sur ses lèvres. L’adolescente leva vers elle ses deux grands yeux, déçus et suppliants. Sa génitrice tira sur sa petite robe noire afin d’en montrer un peu moins qu’elle ne le faisait déjà. Mahuika fronça les sourcils, un peu dégoutée et tourna les talons. La réponse et l’attitude de sa mère ne lui convenaient plus, elle sentait que son coeur allait exploser. Alors discrètement, elle retourna dans sa chambre et plongea dans son armoire pleine à craquer. Un doigt appuyé sur ses lèvres, elle se demanda dans quoi elle allait briller ce soir. Elle se saisit d’une robe tout en sequins rouges qui une fois mise lui donna un air de diablesse. La jeune fille ne savait plus écouter sa mère. Depuis qu’elle n’était plus que deux à la maison, leur relation s’était peu à peu dégradée. Avec un père criminel et condamné pour braquage à main armée, Mahuika partait mal dans la vie. Après cet évènement, sa génitrice vacilla. Elle ne savait plus où était sa place, comment se remettre d’un tel drame. Alors petit à petit, elle commença à sortir, à plaire aux hommes, jusqu’à ce que cela devienne une véritable drogue. Mahuika, elle, a enfermé le mal en elle comme si cela ne l’avait jamais touché. Mais la goutte d’eau qui fit déborder le vase fut le départ de son grande frère, Pita. Ne tenant pas au milieu de cette famille détruite, ce dernier décida de partir égoïstement vers l’Europe grâce à ses maigres économies, laissant les deux femmes esseulées. Mais la brune, détruite, décida à son tour de noyer son chagrin dans des fêtes qui n’étaient pas de son âge. Elle jeta ses escarpins par la fenêtre, remonta sa robe et descendit le long de la gouttière. Après avoir enfiler ses chaussures, elle battit le sol de petit pas. La succube ne semblait plus qu’être une ombre dans la rue, se cachant des silhouettes d’hommes qu’elle pouvait apercevoir aux coins des rues. Arrivée au club, elle reproduit le geste de sa mère, mais pas pour les bonnes raisons. Elle révéla un peu plus la peau de son buste et planta ses deux pupilles avec détermination dans ceux de l’armoire à glace qui lui faisait face. Insolente, elle sortit son poudrier et retoucha son rouge à lèvres, toujours en le fixant. Elle n’arrivait pas à retirer le sourire de démone qui trônait sur son adorable bouche. L’homme lui fit signe de rentrer d’un signe de tête. Ça devenait trop facile. Les stroboscopes de la boîte l’éblouirent. En s’avançant vers le bar, elle sortit de sa pochette noire et or un petit porte-monnaie qui ne sembla pas bien lourd. Quinze pauvres petits dollars. Une légère moue se peint sur son visage. Elle s’assit sur un tabouret de bar et appuya son visage contre sa main, prenant un air embêté. À peine deux minutes plus tard, un garçon qui ne semblait pas bien plus vieux qu’elle vint l’aborder. « Une jolie fille comme toi se doit de sourire. » dit il en plaisantant. Ça ne la fit pas rire. Elle roula des yeux puis approcha sa bouche rouge de son oreille. « Désolé, je ne sais pas faire. » susurra t-elle. Elle pensait si fort à lui mettre une, mais l’envie d’un délicieux cocktail multicolore prit le pas. « Un bloody mary pour… » « Mahuika. » compléta t-elle. « Il ira bien avec ta robe. » La brune eut un léger mouvement de recul. Ce gars devait posséder des supers pouvoirs pour réussir à être un tel goujat. Mahuika tenta de meubler la conversation comme elle put le temps que son verre se prépare, l’attrapa aussitôt puis disparut au milieu des corps qui se mouvaient sur la piste de danse.
cat eyes ©
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ici depuis : 17/09/2017
missives : 4
MessageSujet: Re: Mahuika Nawaia   27/10/2017, 8:58 pm

Rhea Smith
to all the people i know who prayed for me


pseudo vices ; âge 23 ans ; arrival Soren me l’a montré et j’ai craqué dessus.  ; commentsMerci de nous permettre d’écrire dans un tel contexte et design. ♡ Je suis à la recherche de liens, n’hésitez pas à m’envoyer un petit mp.

ft. Tommy Genesis


bang
informations

Crimson Pistols

name Smith, à l’image de son corps qu’elle meut dans la foule comme un serpent,  auréolée par les néons dans les hauts lieux décadents de Night Vale. Smith, court et innocent nom, masqué par la douceur artificielle qu’elle laisse entrevoir de la même façon que sa cuisse dépassant de la fente de sa jupe rose poudré.
first name  Rhea, symbole de sa survie dans ce monde dans lequel elle n’aurait jamais dû évoluer. La gamine, elle, aurait aimé que son prénom soit symbole du royaume des puissants. Mais dans son coeur cabossé, elle ne retient pourtant que la trahison et la ruse.
birth certificate Née sous le chiffre de la chance, le destin semblait déjà plein d’humour quant à son chemin de vie. 7 mars 1997, à Night Vale. La fille est superstitieuse, mais le feu brûlant caché au fond de son abdomen est bien plus fort. Le sept, symbole de l’achèvement cyclique, symbole de renouveau, symbole de perfection. Voilà ce qu’elle se surprend à penser quand son souffle heurte les flammes flottantes plantées sur un gâteau au goût aussi âcre que ses jeunes années.
age Vingt ans, l’âge de la floraison. Bouton de rose dévoilant sa beauté au monde, Rhea aimerait rester bloquée dans cette enveloppe pour toujours. Elle n'a guère crainte d’acquérir de la sagesse en vieillissant. Elle a simplement peur de se faner, de voir ses pétales, une à une, tomber à ses pieds puis se rendre compte qu’il est déjà trop tard.
sex on fire Étiqueter tout ce qui l’entoure n’a jamais été une priorité chez la gamine. Et ça se confirme avec sa sexualité. D’un naturel curieux, elle va là où le charme et la beauté sont. La bouche des femmes, la nuque des hommes. Ses attirances vont au gré des saisons, elle se fait tantôt exploratrice d’une jungle capillaire, d'abdominaux vallonnés ou d’un bas ventre désertique, à sa merci.
relationship status Rhea, elle papillonne où bon lui semble. À chaque fois, elle a l’impression de trouver l’amour de sa vie. Jeune et versatile, elle cherche désespérément l’autre moitié d’elle-même en enchaînant les déceptions. Elle ne se couche pas facilement  en compagnie d’un autre corps, non. Elle utilise, détruit, teste avec une insolence déconcertante, à la limite de l’inconscience. Puis telle une mante religieuse se délecte du reste de sa victime. Boule de ouate, elle a presque oublié comment aimer. Alors elle attend, fatiguée de se faire berner.
job Les néons, la musique, l’alcool, les murmures. Rhea est serveuse au Neotic, là où il fait bon d’être soi-même, là où l’highlighter des créatures nocturnes ferait de l’ombre au Soleil. La succube y a pleinement sa place, arrachant les pourboires armée de son regard de biche blessée. Parallèlement, elle est réputée pour avoir l’une des ouïes les plus fines du gang. Enveloppée dans sa discrétion, Rhea est à l’affut du moindre commérage. La môme assure aux siens d'avoir toujours un coup d'avance.
money L’argent a toujours été un problème sans vraiment en être un. Elle vit avec peu, mais rêve grand.  Bercée par la rudesse du sud, sa pauvreté et sa saleté, Rhea a de l’or dans les doigts. Elle transforme la moindre guenille en pièce couture. Quand elle n’avait pas le sou, il a bien fallu se débrouiller pour rester désirable, dans une tendre superficialité adolescente.
allegeance Fouler la poussière des terres du Sud, voilà qui a toujours fait vibrer son être. Rhea est une Crimson Pistols dévouée. Le gang est une part d’elle-même, cachée aux yeux des autres. Rhea ne rentre pas dans les cases. Et pourtant, ses lèvres délivrent en un murmure les faits et gestes de tout Night Vale. Elle n’éprouve pas de haine envers les gangs adverses. La gamine se sert de ses ennemis, joue avec, féline jeune femme aux talents aussi aiguisés que le couteau qu’elle cache dans sa chaussure. Elle épouse simplement sa culture et lui fait honneur par sa contribution.

light & shadowsDésillusionnée, troublante, mutine, fiable , candide, venimeuse, tentatrice, tentée, curieuse, opportuniste, apathique, taciturne, affriolante, obstinée, fidèle, aliénable, nonchalante, brutalement honnête , plaintive, sexuelle, joueuse, serpentine, droguée, égoïste, vaporeuse.
in the desert dusk Âme défaillante marchant sur un boulevard désert, Rhea ne se souvient jamais de quoi que ce soit le lendemain. Perdue dans les méandres alcooliques des fêtes sulfureuses, la petite boit trop, mal et ne se limite pas qu’à la bouteille. Pourtant, elle n’a rien d’un cas désespéré. Elle n’a simplement pas conscience des limites qu’elle devrait se fixer et recommence les mêmes erreurs inlassablement.
Les mots qui effleurent sa bouche sont toujours pondérés, bien choisis. Elle fait preuve d’une honnêteté désarmante. Toi, je t’aime bien. peut-elle asséner tout en plongeant son regard triste dans celui de sa proie. Rhea, elle aime toucher, sentir, être en pleine possession de la situation. Rhea, elle aime agir comme un serpent. Doucement, elle s’enroule autour de sa proie puis ne la lâche plus. L’hypnose a déjà opéré. Si par malheur la situation lui échappait, la gamine est un véritable esprit vengeur. Le temps l’efface peu à peu des cervelles qu’elle estimait déjà bien creuses. C’est à ce moment que, dans un soupir, elle frappe fermement à la gorge ou pire; dans le dos. Rhea détruit. Quand Rhea se met en colère, c’est le fruit au toucher mortel, le fruit qui contamine toute la corbeille.
Rester enfermée lui est insupportable. Fille de la rue, son chez elle, c’est dehors. Son appartement minable est encombré du bric à brac qu’elle trouve, récupère, mais oublie parfois de transformer. Cet encombrement lui convient, mais seulement quand la fatigue vient la kidnapper, aux aurores.
À une période de sa vie, Rhea a dû voler. Voler le coeur de ceux qui daignaient lui tendre la main. Voler pour ne pas crever de faim. Forte de ses charmes, elle a cambré son dos, sourit à des inconnus pour gratter un repas chaud lorsque son frigo criait lui aussi famine.
Petite bête aux yeux aussi noirs que sa maîtresse, Jerry le rat tient compagnie à la gamine. Son ex-petit ami n’avait rien de quelqu’un de courageux. Un sourire, un claquement de porte. Je reviens, je vais faire une course. L’animal lui appartenait. Rhea voit en la boule de poils l’énième abandon dont elle a été victime.
wildest dreams Trouver son sauveur, celui qui viendra la délivrer de ce noeud coulant invisible qu’elle a autour de sa gorge. La môme l’ignore, mais elle aspire seulement à la tranquillité. Au fond d’elle, Rhea sait qu’elle finira une balle dans le dos, à cause d’un murmure de trop.
fortress heart Peur superficielle, peur maladive, peur qui la ronge de l’intérieur. Rhea craint de se voir déposséder de sa beauté. Rien ne l’effraie plus. Le sang, la violence, la laideur du coeur des Hommes ne font pas le poids face au cauchemar d’être observée pour les mauvaises raisons.
playlist
Hyacinthe - En pensant à nous
IAMDDB - Shade
El Guincho - De Rosca
IAMDBB - JAZB
Tyler, the creator ft. Kali Uchis - Perfect
Vald - Je t'aime
La suite, pour les curieux. 
bang
just one yesterday


© Gaintookley
Hang up.- « T’as intérêt de faire c’que je te dis. » La porte claque. Les yeux rougis, Ana s’effondre sur le matelas miteux, seul aspect confortable de son appartement. Elle porte sa main à son ventre, se demande ce qu’elle va bien pouvoir en faire, de ce gamin. Ana, elle a l’impression que ça serait retiré une partie d’elle à tout jamais que de s’en débarrasser. Mais elle a peur. Peur des violences, peur des représailles. Elle aimerait lui faire bouffer des pierres, à ce garçon qui tente de la diminuer. Elle n’a que dix-sept ans et pourtant, elle sait qu’elle peut y arriver. Quelques jours passent, elle se prépare mentalement. Puis le jour vient où elle sort d’une armoire une valise bien plus large qu’elle. C’est à se demander si ses deux bras ne vont pas lâcher face au poids du bagage. Mais elle ne se démonte pas, non. Ana, elle est féroce. Elle s’est faite seule, elle fera cet enfant seule. Laissant son appartement loin derrière elle, elle conduit, aussi loin qu’elle peut. Elle croise des déserts, des stations essence où il ne fait pas bon de traîner quand on est une môme perdue, sans destination.

Red wine, cheap perfume and a filthy pout.- « Non, Rhea. Toi, tu ne sortiras pas. » siffle la génitrice en passant une énième fois son bâton de rouge carmin sur sa bouche gourmande. Peu docile, l’adolescente tente un tour de force en levant ses deux perles noires, suppliantes . Mais Ana n’est pas née de la dernière plus et voit clair en son jeu. Elle tire sur sa robe afin d’en montrer un peu moins, enveloppée dans une fausse pudeur. Elle tente de montrer l’exemple, à qui mieux mieux. Elle n’a jamais eu de jeunesse, elle. Night Vale, ville de tous les vices ne l’aide pas à rester au foyer. Là où tout le monde estime que c'est là qu'elle devrait être. Mauvaise mère. Rhea fronce les sourcils, tape du pied, comme un enfant pourri gâté. Pourtant, elles n’ont rien à part leurs jeunes années devant elles. La môme sent que son coeur va exploser en milles morceaux. Sa mère, son modèle. La seule personne pour qui elle a un peu d’estime. Alors discrètement, elle tourne les talons et se dirige vers sa chambre, lieu où tous ses rêves sont accrochés sur le mur, le plafond et au fin fond de son journal intime, planqué sous son matelas aussi épais que du papier à cigarette. La petite n’a pas beaucoup de tenues achetées, elle répare ce qu’elle peut, colle des sequins sur un col qu’elle trouve trop nu à son gout. Un doigt appuyé sur ses lèvres, elle se demande dans quoi elle brillera ce soir. Elle se saisit d’une robe rouge qui, une fois mise, lui donne un air de diablesse. La fille ne sait plus écouter Ana. Difficile, quand sa tête lui crie liberté.  Avec un père aux abonnés absents, Rhea part avec un boulet au pied dans la vie. Elle a enfermé le mal en elle comme si cela ne la touchait pas. Broyée par le chagrin et l’incompréhension, elle commence à fréquenter des lieux qui ne sont pas de son âge. Dans un dernier élan de courage, la môme jette ses escarpins par la fenêtre, remonte sa robe et descend le long de la gouttière. La succube ne semble plus qu’être une ombre, voilée par la douceur de la nuit. Elle connait Night Vale, elle sait se cacher des silhouettes d’hommes qu’elle aperçoit aux coins des rues. Arrivée au club, elle reproduit le geste de sa mère, mais pas pour les bonnes raisons. Elle révèle un peu plus la peau de son buste et plante son regard blessé dans celui de l’armoire à glace qui, à l’image d’un colosse, lui fait face. Insolente, elle sort son poudrier et retouche son rouge à lèvres.  Elle n’arrive plus à retirer le sourire de démone qui trône sur son adorable visage. Il la valide, hoche la tête, la contemple. Sombre pervers, pense-t-elle en y prenant un plaisir audacieux.  Les stroboscopes de la boîte l’éblouissent. En s’avançant vers le bar, elle sort de sa pochette noire et or un porte-monnaie qui ne semble pas bien lourd. Quinze pauvres petits dollars. Une légère moue se peint sur son visage. Elle s’assoit sur un tabouret de bar et appuie son visage contre sa main. « Une jolie fille comme toi se doit de sourire. » décoche un garçon à peine plus vieux qu’elle. Lui non plus n’avait rien à faire là. Et ça ne la fait pas rire, ni même sourire. Elle roule des yeux puis approche sa bouche pour mieux se faire entendre. « Désolé, je ne sais pas faire. » susurre t-elle. Elle veut tellement frapper ce si charmant visage qui se présente à elle, mais elle ne peut pas. Elle, ce qui l’intéresse, c’est la récompense à la clé. « Un bloody mary pour… » « Rhea. » souffle-t-elle, désespérée.« Il ira bien avec ta robe. » Elle se recule, heurtée par l’écoeurement qu’il provoque en elle. Elle meuble, sourit, joue jusqu’à ce que son verre se pose devant elle. Elle s’en saisit puis disparaît dans la foule.

Your body is my private party. - Petite poupée aux regards de feu ondule à travers les tables, mince sourire pendu à ses lèvres. « Rhea, deux mojitos, s’il te plaît. » glisse au creux de son oreille un.e habitué.e tout en lui saisissant le bras délicatement. Alors, la môme porte ses yeux sur la main touchant son épiderme violacée par les néons puis hoche la tête. La musique est si forte qu’elle a l’impression de devenir sourde, mais ça ne l’arrête pas. Au contraire, ça la grise. C’est sa manière à elle de se sentir enivrée quand elle charbonne. Elle a de la chance d’être là la poupée, elle le sait. L'ambiance est chaude, tout le monde semble trouver la place qu’il n’a jamais eu ailleurs. L'acceptation. Ça la rend heureuse. Et puis, elle en profite aussi. Vêtue à la manière d’un bonbon acidulé, Rhea aime le court. Les jupes d’écolières emplies d’une sensualité ignorée par celles qui les portent, la tentatrice sait comment leurs redonner leurs lettres de noblesse. Pauvre jeune femme, elle connait la valeur des pourboires et celle de la longueur de ses jambes.


 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ici depuis : 17/09/2017
missives : 4
MessageSujet: Re: Mahuika Nawaia   3/6/2018, 1:25 pm

Andrea De Santis

My fingers claw your skin, try to tear my way in. You are the moon that breaks the night for which I have to howl
ft. adrien sahores by unknown
The story of gods and men
Identité Andrea, prénom symbole de courage. Pourtant, le garçon ne peut s’empêcher de vouloir fuir ses responsabilités à chaque instant. Lui, il aurait aimé être un oublié. De Santis, à l’image d’un serpent dépourvu de poison. De Santis, nom imprégné d’une tristesse muette et religieuse, nom de déraciné.
Âge vingt-six ans avec l’impression d’en avoir cinquante. L’âge du déclin. Jeune loup traînant la patte, Andrea voudrait se libérer de son enveloppe charnelle. Un regard d’enfant, des traits tirés; Andrea en est prisonnier.
Nationalité & Origines Métissé de la rencontre entre un italien fraîchement débarqué et une américaine dont la vacuité n’a d’égal que sa beauté.
Statut civil  Andrea, il est célibataire. Une voix intérieure lui souffle de ne jamais s’attacher. Parce que ça serait trop douloureux. Parce que la jalousie, la colère et la déception planent au dessus de lui comme des vautours attendant le premier genoux à terre. Désillusionné, il ne touche qu’avec les yeux. Parfois avec les mains, quand la fête a été bonne et que quelques verres d’alcool ont été bus. Il ne sait pas comment aimer et n’a pas spécialement envie d’apprendre.
Orientation sexuelle Andrea aime les femmes. Celles qui ne se maquillent pas, celles qui rient, celles qui lui font du bien. Celles qui partent le lendemain sans poser de question, sans petit déjeuner.
OccupationLa lumière blanche, les blouses, l’odeur d’anesthésiant. Andrea est infirmier dans un hôpital, là où il se sent utile. Ici, il recoud les maux de chacun avec un dévouement sans borne. De nature peu bavarde, Andrea a la qualité de savoir écouter les peurs des patients dont il s’occupe.
Traits de caractère introverti; pince sans rire; empathique; inquiet; observateur; fier; énigmatique; solitaire
Groupe Blood
Stade de conscience actuel Stade 1
Hybris Angoisse. Andrea est victime de crises qui se caractérisent par un souffle coupé et une incapacité de bouger. Elles surviennent la plupart du temps au moment du coucher, là où il rumine inlassablement ses pensées négatives et ses doutes.
Faction Sans faction
Theme song Bones - IWillBreatheIntoYou
Gods of Violence
Récurrence Je suis un(e) [] Primus [x] Novum
Réincarnation  Asclépios(nom du dieu, ses attributions, son éveil)
Attribut Serpent
Facultés veuillez aborder la maitrise de votre personnage et RESTER réaliste quant à celle-ci - fatigue si abus, voire mort, besoin de reprendre de l'énergie etc.)
pouvoir n°1 - actif/inactif - description du pouvoir (brève si inactif) 
pouvoir n°2 - actif/inactif - description du pouvoir (brève si inactif) 
pouvoir n°3 - actif/inactif - description du pouvoir (brève si inactif)
faculté complémentaire - active/inactive - intitulé du pouvoir (pas de description) [PAS OBLIGATOIRE SI VOUS N'ÊTES PAS AU STADE N°2]
Offrande(s) (petit texte sur votre dieu et son rapport aux offrandes, est-ce qu'il cherche la puissance à tout prix ?)
Rumeurs ce que l'on dit sur votre personnage (et qui peut être vrai comme faux)
Panem et Circenses
Pseudo écrire ici
Âge (ou plat préféré) écrire ici
Comment j'ai connu le forum écrire ici
Questions, suggestions écrire ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

ici depuis : 17/09/2017
missives : 4
MessageSujet: Re: Mahuika Nawaia   4/6/2018, 11:40 pm

Les silences qui font du bruit à s’en déchirer le coeur.
moss, leon.
ft. Andrew Westermann.
icones : vovicus.

ϟ prénom(s) : Leon n’est craint de personne. Le gamin, lui, sent sa poitrine qui rugit quand il dérobe; il rugit, quand il sent ses doigts se resserrer sur son butin. En son coeur cabossé, son prénom retentit comme le mot ruse. ϟ nom : Moss, à l’image de son corps se mouvant dans une foule. Il aime ce qu’il brille, ce fichu serpent. Moss, un nom innocent brandit sur son plus joli mugshot. ϟ âge : Pauvre môme perdu. Vingt-trois ans et sans projet d'avenir. Fouler les parcs et les avenues à la recherche de touristes crédules, c’est sa fontaine de jouvence. Jeune loup traînant la patte, Leon voudrait se libérer de son enveloppe charnelle. Un regard d’enfant, des traits tirés; Leon en est prisonnier.   ϟ lieu de naissance : Savannah, jolie prison dorée dont il aimerait s’évader. Les moindres ruelles sont devenues son terrain de jeu. Mais d'année en année, l'amusement qui en découle s’amenuise; petit démon prisonnier d’une faille spatio-temporelle. ϟ nationalité : Américaine. ϟ origine(s) :  Pur produit de la culture américaine. C’est pas de sa faute, c’est les autres. ϟ étude/emploi(s) : Leon est un pickpocket invétéré. Plonger ses mains dans les sacs à main de luxe des silhouettes graciles qu’il croise en club, en retirer un téléphone, parfois deux. Le môme se plaît à imaginer le visage déconfit de ses victimes. Leon est de ceux qui erre où bon leurs semblent. Où qu’il aille, il y a pleinement sa place, arrachant les quelques billets dépassant de la poche arrière des imprudents. Capuché dans sa discrétion, Leon a un coup d'avance.ϟ statut civil :  Leon est célibataire. Une voix intérieure lui souffle de ne jamais s’attacher. Parce que ça serait trop douloureux. Parce que la jalousie, la colère et la déception planent au dessus de lui comme des vautours attendant le premier genoux à terre. Désillusionné, il ne touche qu’avec les yeux. Parfois avec les mains, quand la fête a été bonne et que quelques verres d’alcool ont été bus. ϟ caractère : Captivant - Cataclysmique - Astucieux - Attentif - Autonome - Aventureux - Charismatique - Complaisant - Courageux - Efficace - Intéressé - Libre - Malin - Doux - P(r)ince sans rire - Arrogant - Baratineur - Compliqué - Cynique - Parfois agressif - Têtu - Egoïste - Imprudent - Malhonnête - Méprisant - ϟ groupe : Damaged.
en savoir plus.

ϟ Votre pire souvenir ? Trop grand, pas assez fort. Leon avait quinze ans quand les moqueries ont commencé à fuser. Venir à l’école devenait chaque jour un calvaire un peu plus difficile à surmonter. Il fallait le voir, dans son short bon marché trop serré. Ses genoux cagneux donnaient l’impression de vouloir rentrer en contact avec l’un et l’autre, sans jamais y parvenir. Puis il y eu la goutte de trop, celle qui aurait pu faire déborder l’océan de sa patience. Il se souvient encore des rires, de son corps à la merci de ses camarades. Des gifles, des insultes. L’obscurité d’un préau planqué dans un coin de la cour rendait difficile à distinguer les ombres qui l’encerclaient. Je ne reviendrai pas. Dix-sept ans et un gout d’amertume dans la bouche. Bien trop jeune pour agir, encore assez agile pour fuir. Un mardi en janvier, le jour où il décida d’arrêter ses études.


ϟ Quelles sont les personnes en qui vous avez le plus confiance ? On ne peut pas à proprement parler de Leon comme quelqu’un de confiant. Il ne déteste pas ses pairs, mais il ne les considère pas. Le gamin a bien quelques amis, mais il se compte sur les doigts d’une unique main, celle qui risquerait de vous mettre dans la figure si vous veniez à le trahir. Le rapport à la confiance de Leon est biaisé par ses expériences passées, notamment pendant son cursus scolaire. Un événement si traumatisant que créer des liens sincères est un parcours compliqué, presque douloureux pour lui.


ϟ Avez-vous perdu un être cher au cours de votre vie ? Son double, celui avec qui il croyait un jour pouvoir décrocher le monde. Eliott, c’était le genre de type à tout donner pour ceux qu’il considérait un tant soit peu. Leon se souvient de ce doigt glissé sous son menton afin de lui remonter la tête. Les garçons habitaient ensemble, comme une bromance dont ils ne voyaient pas le bout. Hypnotisés par l’argent qui n’était pas le leurs, les gamins pillaient en soirée puis prenaient leurs jambes à leurs cous, ombres nocturnes riant aux éclats. C’était l’époque de l’expérimentation, rien n’était rôdé. Puis la bête erreur. Une main glissée dans la poche d’un flic en civil, à la recherche d’un luxe qu’aucun d’eux ne pouvaient se permettre autrement. Dis que c’était moi, Eliott. Dis le. Les poches pleines et le coeur vide, ce soir-là, Leon rentrait dans un appartement aussi froid que la cellule d’une prison. Quelques mois plus tard, la peine tombait; Trois ans fermes pour récidive.
anecdotes.

Décrivez votre personnage aux travers de tics, manières ou anecdotes et ce, en quelques points. (au moins 20 si vous ne faites pas d'histoire, sinon 10.)

1 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage. 2 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage. 3 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage. 4 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage. 5 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage. 6 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage. 7 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage. 8 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage. 9 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage. 10 ϟ écrire ici une anecdote sur votre personnage.

HORS-JEU.
ϟ prénom/pseudo : vices, juliette. ϟ âge : vingt-quatre ans. ϟ pays/ville : paris, france. ϟ autre(s) compte(s) :non. ϟ avatar : andrew westermann. ϟ mot de la fin : C'est trop beau ici et tout le monde a l'air chouette. J'espère vraiment m'y plaire.  :littleheart2:

Code:
<celeb>andrew westermann</celeb> // <persob>@"leon moss"</persob>
Citation :
veuillez nous indiquez ici si ce compte est un DC et quels sont vos autres comptes. (vous pouvez supprimer si vous n'avez pas de DC)

css & couleurs : miserunt
inspiration : bat'phanie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mahuika Nawaia   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mahuika Nawaia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
time of the season :: l'odyssée-